Le guide de la transformation digitale

Couverture du livre de Vincent Ducrey et Emmanuel Vivier "le guide de la transformation digitale"

La crise actuelle aidant, il n’est pas un seul jour sans que nous entendions parler de « transformation digitale ». Mais derrière ce buzz word se cachent des enjeux et des défis colossaux pour les entreprises, et particulièrement les PME.

Selon cet article, 85% des dirigeants de TPE sondés ne seraient pas à l’aise avec le terme et deux tiers des TPE verraient la transformation numérique comme une contrainte.

Pourtant, entre l’accès Internet plus rapide et tout le temps (ATAWAD : Any time, Anywhere, Any Device), la généralisation des connexions via mobile, la collaboration et le social facilités, le machine learning et la fusion du réel et du virtuel (réalité augmentée…), la transformation digitale est une nécessité pour les entreprises.

La meilleure expérience client gagne quasiment toujours, et refuser l’innovation est un combat perdu d’avance.

Mais comment s’y prendre ?

Vous pouvez bien sûr faire appel à mes compétences pour vous aider dans cette période délicate 🙂 , mais aussi lire ce livre extrêmement intéressant, même si datant un peu (2019) et plutôt orienté grandes entreprises, qui est une mine de conseils et la recette d’une transformation digitale réussie !

En 6 grands chantiers :

  • travailler sur le Leadership
  • travailler sur la culture et l’organisation de l’entreprise
  • choisir ses technologies
  • gérer ses données
  • changer l’expérience client
  • mesurer

Vous saurez comment aborder votre transformation numérique, et serez guidé.e par de nombreux exemples et cas d’usages, pour transformer ce que vous pensez être une contrainte en une magnifique opportunité business.

Bref, un must pour qui veut aborder sereinement la digitalisation de son entreprise !

Et n’oubliez pas : « En période de mutation, curiosité et diversité sont des facteurs clé de succès. Le leader de demain doit savoir sortir de sa coquille, et comme à l’heure de la renaissance, s’intéresser à de multiples disciplines et sujets en échangeant qu delà de son cercle familier, sous peine de devenir isolé et aveugle dans une tour d’ivoire« .

Le gestionnaire de mots de passe ultime !

Je ne vous apprendrai rien en vous disant que la gestion des mots de passe liés aux différents comptes que nous créons en ligne peut rapidement devenir un enfer si vous êtes un tantinet désorganisé.e ! Sans parler de la gestion de la sécurité ! Qui n’a pas connu un.e client.e lui disant tranquillement : « j’utilise toujours le même mot de passe, c’est le prénom de … , comme ça je suis sûr.e de m’en souvenir 😦 « .

En ce qui me concerne, si au niveau pro la question ne se pose pas : Keepass obligatoire, mais niveau perso, j’étais encore à la recherche du gestionnaire de mots de passe adapté à mes besoins.

Les contraintes étaient : logiciel de préférence libre, multiplateformes, synchronisation entre mes different devices et installable sur mon propre serveur.

En effet, j’utilise depuis des années Enpass, en version portable. Mais pour moi qui utilise aussi un iPad comme machine pro, la gestion via une clé USB commençait à poser problème.

En fait, j’étais à la recherche d’une solution de type « Dashlane », mais qui serait libre et installable sur ma propre infrastructure.

Et j’ai fini par trouver BitWarden (merci LinuxFr…) !

Copyright @Bitwarden.com

Franchement, ce logiciel est top. Multiplateforme, vous pouvez l’installer sur votre serveur avec une image Docker et, si vous n’avez pas de serveur, BitWarden propose différentes solutions pour vous héberger, dont une gratuite. Il y a en plus des extensions pour les principaux navigateurs !

Avec ça, si vos mots de passe sont encore écrits sur des post-its, c’est désespéré !

Vous pouvez visiter le site et télécharger Bitwarden ici : bitwarden.com

Une développeuse au pays du low code…

Une développeuse au pays du low code

Appsheet, Microsoft Power Platform, Zapier, AWS HoneyCode, Glide, Airtable, Siberian… il ne vous aura sans doute pas échappé que cette année 2020 aura été celle du low code / no code !

Bien sûr, en tant que Developpeur.se, la première réaction face à ces nouvelles méthodes de développement est souvent beuurk…

Mais en tant que développeur.se, notre métier ne consiste-t-il pas à perpétuellement se remettre en cause afin de proposer la meilleure solution technique au client.e ?

C’est en tout cas ce que je pense, et c’est pourquoi je considère que le low-code / now-code à tout à fait sa place dans mon offre 🙂

Mais d’abord, de quoi parlons nous?

Pour moi, l’idée maitresse du low code est de pouvoir produire, relativement facilement et rapidement, des outils métiers qui déchargent les entreprises des tâches à faible valeur ajoutée, ou qui permettent d’améliorer leur flux de travail.

Le mot clé étant à mon avis « rapidement ».

Même si le terme est relativement nouveau, Excel par exemple fait ça depuis très longtemps via les macros.

La différence est que maintenant, on peut faire communiquer entre eux différents logiciels, par exemple grâce à Zapier, et créer de véritables applications mobiles qui se synchronisent avec des classeurs Excel ou Suite.

Pour moi, on peut aussi les CMS modernes comme Word Press d’outils no code. Pouvoir créer des applications mobiles de cette façons était donc la suite logique.

El alors, comment ça marche ?

Lire la suite

Swift et l’accessibilité : introduction à VoiceOver

Photo by Daniel Ali on Unsplash

Et si on parlait d’accessibilité pour nos applications mobiles ? En 2017, rien qu’en France, 12 millions de personnes seraient touchées par un handicap (source). Alors vous imaginez dans le monde !

J’ai été contactée pour mon application KayakTraker par une personne atteinte de déficience visuelle, qui voulait savoir si l’application était compatible VoiceOver… gros blanc 😦 Du coup, me suis prise au jeu… 🙂

Et bonne nouvelle, sous iOS, il existe beaucoup de fonctions d’accessibilité, dont VoiceOver dont nous allons parler ici. Comme en plus, c’est relativement simple à mettre en oeuvre, alors pourquoi s’en priver ?

Pourtant, encore trop souvent, l’accessibilité pour les concepteurs.rices d’applications mobiles passe loin après le design, les fonctionnalités, les patterns… Et c’est dommage car avec un peu d’empathie et d’efforts, il est possible de faire beaucoup mieux !

En fait, si vous utilisez Xcode, votre application est même probablement déjà compatible en grande partie avec VoiceOver. Apple à fait pour nous une grande partie du travail, et nous donne des outils sympas pour le terminer 🙂

Donc commençons par une petite application de démo : 1 Label, 2 Buttons, 1 TextField. Lorsque l’on clique sur le bouton « Click me ! », on affiche « Hello » dans le TextField, et le bouton « Raz » remet le TextField à 0 :

Pour tester l’application avec VoiceOver, on peut dans un premier temps l’installer sur un device physique. Il faudra ensuite activer Voice Over dans les paramètres : Général > Accessibilité > VoiceOver. Cela permet déjà un premier test et de voir quelles informations manquent.

Mais ce n’est pas très pratique pour développer…

Heureusement, si il n’est pas possible (actuellement) d’activer les options d’accessibilité sur le simulateur, il est possible d’utiliser l’Accessibility Inspector depuis Xcode. Pour cela, rendez-vous dans le menu Xcode > Open Developer Tool > Accessibility Inspector.

On voit bien que le plus gros est fait, mais il reste quelques finitions…

Pour cela Apple à prévu les options d’accessibilité depuis le storyboard. D’une façon générale, chaque élément (Button, TextField…) possède des options d’accessibilité, qu’il suffit d’activer et de compléter :

Pour plus d’infos sur les traits, vous pouvez vous référer à la documentation officielle : https://developer.apple.com/

Voilà, une fois ces étapes accomplies, nous avons une application nettement plus accessible pour les personnes qui en ont besoin ! Ce n’est vraiment pas beaucoup de travail comparé à l’immense service que nous rendons !

Et le plus beau pour la fin : les options d’accessibilités gèrent aussi les traductions, comme toutes les autres éléments de l’interface 🙂

Vous pouvez donc retrouver vos labels et gérer vos traductions dans les fichiers strings dédiés. D’ailleurs, pour le rafraîchissement de ces fichiers, BartyCrouch est votre ami… mais cela fera l’objet d’un autre article.

Voilà pour cette introduction à l’accessibilité pour les applications iOS / Swift via VoiceOver. ce n’est bien sûr qu’une introduction, et VoiceOver ne prend en compte qu’une partie de l’accessibilité.

L’accessibilité se pense en globalité : au niveau du design, au niveau du parcours… J’en parlerai également dans de futurs articles ! En attendant, comme d’habitude, n’hésitez pas à me faire part de vos remarques / suggestions dans les commentaires !

Un livre à lire impérativement !

Machine Learning, Intelligence artificielle, Algorithmes, autant de mots, souvent des buzz words, employés à tort et à travers, sans que leur signification soit très claire.

Avec ce livre, accessible à tout le monde, Aurélie Jean remet les choses dans leur contexte, et explique en terme simples, avec beaucoup d’exemples tirés de son expérience personnelle, ce que ces termes signifient vraiment.

De la simulation du comportement d’un élastomère chargé en nanoparticules de carbone (en l’occurence le caoutchouc) à la simulation des tensions politiques sur l’économie tout en passant par l’étude de l’impact des ondes de choc sur le cerveau et les poupées sexuelles, Aurélie Jean nous emmène pour un magnifique voyage au pays du numérique.

Elle aborde également les biais, ou comment notre vision, notre perception, déformée par notre culture, notre passé… peuvent influer sur notre jugement, et aussi notre façon de coder. Cela peut générer au mieux des situations cocasses, au pire de gros bugs !

Enfin, l’autrice nous expliquera pourquoi l’ordinateur quantique n’est pas la réponse à tout, et pourquoi « l’intelligence artificielle » (la vraie) n’est pas pour demain…

Personnellement, ce livre va rapidement devenir ma bible lorsque je devrai expliquer de manière simple ce qu’est le machine learning !

Bref vous l’aurez compris, j’étais déjà une fervente admiratrice d’Aurélie Jean via ses différentes conférences et interventions, et je suis définitivement conquise par son livre ! Il s’agit vraiment d’un ouvrage à mettre entre toutes les mains, et de toute urgence !

Une application mobile Android / iOS en 1 journée ?

Application mobile Siberian

Depuis quelques années, on voit apparaitre sur le web des générateurs d’applications mobiles. La promesse est la même que pour les cms et les générateurs de sites web : pouvoir bénéficier d’un travail professionnel sans aligner une seule ligne de code…

Et comme pour les cms et autre générateurs de sites web, la réalité est quelque peu nuancée…

Suite à la demande d’un client, je me suis re-penchée sur SiberianCMS, que j’avais déjà testé il y a quelques années sans être convaincue plus que ça.

Le mois de juillet et ses chaleurs aidant, je me suis lancée comme défit de créer une application multiplateforme, avec SiberianCMS, en 1 journée… Voici donc un compte rendu de mes aventures 🙂

Lire la suite

Google lance sa pierre de Rosette !

C’est pas forcément flagrant partout, mais c’est l’été ! Donc on s’accorde une petite pause !

Et si vous avez envie de dépaysement, de culture et d’un peu de sable, tout cela sans quitter votre appart, Google à pensé à vous !

Dans la partie consacrée à l’Egypte de sa section Google Art & Culture, l’entreprise nous propose un créateur – traducteur de hiéroglyphes boosté au ML. Et oui, rien que ça !

Google Frabicius

Gràce à cet outil, vous pouvez traduire vos propres hiéroglyphes (bon, là c’est plutôt restreint à une certaine catégorie de professionnels…), mais aussi en créer et les envoyer à vos amis, et pourquoi pas, qui sait, apprendre cette écriture ?

Je n’ai pas les connaissances nécessaires pour vous dire si la traduction est ok, mais vu par qui est réalisé l’outil, et son orientation pro, on peut penser qu’il se débrouille plutôt pas mal !

Bon été à tous.tes, et bon courage à celles et ceux qui bossent !

L’enregistrement NSUserDefaults en Swift

L'enregistrement clé-valeur en swift _ nsuserdefaults

L’enregistrement de données sous forme de clé-valeur en développement mobile à déjà été abordé dans l’article sur les SharedPreferences.

Aujourd’hui, je vous propose de faire la même chose, mais en Swift. C’est beaucoup plus simple, mais nous nous limitons alors aux plateformes Apple (iOS, iPadOS, MacOS, WatchOS).

Comme pour les SharedPreferences, NSUsersDefaults est donc un système simple et rapide qui permet d’enregistrer des valeurs de type Float, Bool, Double, Int, mais aussi des objets (array, dictionary…. ), et des urls. C’est donc une façon de gérer la persistance des données à la fois simple et puissante 🙂 .

Pour cette démo, j’ai créé une petite application très simple dans laquelle l’utilisateur enregistre une phrase, et celle-ci est stockée comme une clé-valeur grâce à UserDefaults :

Afin de vérifier la persistance, n’hésitez pas à relancer l’application, et vous verrez que votre phrase reste mémorisée 🙂

Alors pour utiliser UserDefaults, il faut déjà créer une instance de UserDefaults, et définir ses clés de préférences :

Ensuite, l’enregistrement d’une valeur se fait avec l’instruction « préférences.set » :

Et la lecture d’une valeur avec :

Et c’est tout !

Ce qui fait que notre controller contient juste ce code :

Je pense que c’est la méthode la plus simple en Swift pour sauvegarder des informations ! Mais elle est aussi très puissante, puisqu’il est non seulement possible d’enregistrer des valeurs « simples », comme des entiers, des nombres et de booléens, mais aussi des valeurs plus complexes, comme des tableaux et des dictionnaires. En « bidouillant » un peu, on peut même enregistrer des images !

Bref, pas de raisons de s’en priver !

Comme toujours, le code source est disponible sur mon dépôt Git : https://gitlab.com/camilleBar/swift-nsuserdefaults-ios-demo-project

Et si vous avez des questions / suggestions, n’hésitez pas, commentez !

Utiliser les préférences partagées en Flutter

Lorsque nous développons une application mobile, il se pose toujours à un moment ou un autre la question de la persistance des données.

Pour cela, plusieurs solutions existent: base de données, fichiers… et les SharedPreferences. C’est cette dernière méthode que je vais vous présenter aujourd’hui, sous Flutter. Pour la même chose en Swift, c’est par ici 🙂

Les SharedPreferences sont un système de stockage de type « key-value », disponible sur Android et iOS (NSUsersDefaults). C’est un système simple et rapide qui permet d’enregistrer des valeurs de type String, Int, Double et Bool.

Pour illustrer le concept, je vous propose une petite démo : On entre un texte dans un premier champ, lorsque l’on clique sur le bouton « + », celui-ci est sauvegardé comme une SharedPreference. Pour tester la persistance, n’hésitez pas à quitter l’application et à la relancer !

Prêt.es ? C’est parti !

La première des choses à faire, après avoir créé votre projet Flutter, ici shared_preferences_example, est d’importer le package « shared_preferences » dans le fichier pubspec.yaml.

Ensuite, on déclare et nomme la clé de notre préférence : « final String _myPreference = « myPreference » «  :

Pour accéder à une préférence partagée, il faut déclarer une instance de SharedPreferences : « final SharedPreferences prefs = await SharedPreferences.getInstance();« 

L’enregistrement se fait ensuite par « prefs.setString(_clé, valeur)« 

Et la lecture par « prefs.getString(_clé)« 

On peut bien sur faire de même pour les autres types de préférences 🙂

Et c’est tout !

Comme d’habitude, l’intégralité du code source est disponible sur mon dépôt Git : https://gitlab.com/camilleBar/sharedpreferencesflutterexample

Pour toute question / suggestion, n’hésitez pas, commentez !

L’application mobile Bring Me Back

Ça ne vous est jamais arrivé de garer votre voiture sur un parking de supermarché ou dans une rue d’une ville inconnue et au moment de repartir, horreur, impossible de la retrouver ?

Et bien moi, cela m’arrive tout le temps :(, et je ne vous parle même pas de la galère quand en plus c’est dans un pays étranger…

Alors je sais, il y a Google Maps… Sauf que voilà, je trouve que rajouter un point de repère nécessite trop de manipulations… et surtout j’avais envie de faire un peu de Flutter 🙂

Donc Bring me Back ne sait faire qu’une chose, mais elle fait simplement : vous ramener à votre point de départ.

En pratique, vous avez juste à mémoriser votre point de départ, et a demander à l’application de vous y ramener quand vous le désirez !

L’intérêt de Flutter, c’est bien sûr le multiplateforme, et la rapidité de développement. Et je n’ai pas été déçue ! Grâce à l’utilisation du package « Flutter_mapbox_navigation« , la partie la plus compliquée se fait très simplement. Un grand merci à l’auteur ! Je pense d’ailleurs que l’usage de ce package fera l’objet tôt ou tard d’un tutoriel !

En attendant que je me décide à mettre l’application sur le Play Store et peut-être l’App Store, vous pouvez déjà télécharger le fichier .apk ici : https://www.dropbox.com/

N’hésitez pas à me faire des retours de bugs, suggestions… !